Le Conseil révise l’ordonnance sur les prêteurs sur gages

Le Conseil révise l’ordonnance sur les prêteurs sur gages

Le Conseil révise l’ordonnance sur les prêteurs sur gages

Vendre un appareil photo au prêteur sur gages peut bientôt signifier se faire photographier soi-même.

Le conseil municipal d’Albuquerque a remanié l’ordonnance sur les prêteurs sur gages de la ville, abrogeant l’ancienne version et adoptant une mise à jour qui, selon le commanditaire, vise à aider la police à lutter contre les délits contre les biens, notamment par la tenue de registres plus détaillés – notamment des photographies ou des images vidéo de la personne qui vend ou met en gage certains articles et des instantanés des biens eux-mêmes.

Alors que la ville ne compte qu’une quinzaine de prêteurs sur gages, l’ordonnance couvrirait en fin de compte environ 150 entreprises puisqu’elle englobe également les marchands de matériaux précieux, les revendeurs de seconde main et les kiosques automatisés qui achètent des téléphones portables et autres petits appareils électroniques.

Lundi, le conseil a voté à 8 contre 1 pour adopter la législation, seul Don Harris étant dans l’opposition.

La parraine du projet de loi, la conseillère Diane Gibson, a déclaré qu’elle y travaillait depuis plusieurs années, en obtenant le point de vue de la police, de l’industrie du prêt sur gage et du grand public. L’ordonnance qui était déjà en vigueur exigeait que les prêteurs sur gage signalent certains détails des transactions à la police et certaines entreprises, a-t-elle déclaré, se sont « donné beaucoup de mal » pour empêcher les voleurs d’utiliser leurs entreprises.

Mais elle a déclaré que la police et, en fin de compte, les procureurs, ont besoin d’informations supplémentaires pour monter des dossiers, et que les photographies sont essentielles.

« L’objectif est de donner un autre outil au département de police d’Albuquerque », a déclaré M. Gibson dans une interview.

L’obligation de tenir des registres s’appliquerait uniquement aux transactions dans lesquelles le magasin achète des armes, des bijoux, des outils, des instruments de musique d’occasion , des métaux et des pierres précieuses , des articles de sport et des produits électroniques de consommation, tels que des téléphones portables, des télévisions, des appareils photo numériques et des ordinateurs.

En plus des photographies, les magasins devront documenter le numéro de série de l’article s’il en possède un, la date et l’heure de la transaction, ainsi que le nom, l’adresse et la date de naissance du vendeur, tels qu’ils figurent sur une pièce d’identité délivrée par le gouvernement.

Le sergent Jeff Barnard de la police de l’air a déclaré au conseil lundi soir que la nouvelle exigence en matière de photographie permettrait à la police de mieux comparer les biens mis en gage avec ceux déclarés volés et de relier les délinquants au vol original.

« Nous avons eu des crimes où nous avons vu quelqu’un prendre quelque chose dans un magasin et nous avons une vidéo (du vol à l’étalage) et, quelques heures plus tard, nous le verrons aller chez un prêteur sur gages et vendre cet article – même vêtement, même personne, même article », a-t-il déclaré.

M. Barnard s’est dit préoccupé par le fait que l’application de l’ordonnance pourrait nécessiter plus de personnel que celui dont dispose le ministère de la défense ; actuellement, un seul inspecteur est affecté aux prêteurs sur gages, mais la nouvelle ordonnance couvre environ dix fois plus d’entreprises.

Mme Gibson a déclaré qu’elle sait que la question du personnel est préoccupante, mais que l’ordonnance pourrait rendre le travail un peu plus facile.

https://www.zikinf.com/annonces/liste.php?rub=1

Leave a Reply

Gem Howard, 23 ans, étudiant en histoire défiguréUn

étudiant en histoire de 23 ans est en colère contre la xénophobie. Elle a les cheveux comme une rivière scintillante. Sa plus grande peur est que ses amis découvrent qu'elle ne peut pas rire. Elle doit utiliser son talent de brillante pour guérir les gens autour d'elle avant de pouvoir travailler sur ses propres problèmes.